Ce rêve perdu

Par où commencer.

J’ai tellement de choses à vous dire, tellement de choses à vous raconter, tellement de larmes ont coulé, tellement de tristesse à poser, tellement de sentiments violents, je suis tellement… Submergés. Que je ne sais pas par où commencer, comment m’exprimer, n’y même si je vais arriver à continuer ce billet et si je vais cliquer sur publier.

Alors peut-être, je vais commencer par vous souhaiter avec un peu, beaucoup de retard une bonne année les copains. Cette fois promis, je n’ai pas procrastiner.

Je vais continuer en vous écrivant MERCI pour vos mails, messages privés, commentaires. J’en prends connaissance que très récemment puisque je ne m’étais pas connecté depuis piiouuu… Aussi loin que le soleil tient ! Alors oui, merci infiniment de vôtres bienveillances, j’avais enfouis au fond de moi ce sentiment de bien-être que de vous lire et de vous écrire. À vrai dire j’ai enfouis depuis trois mois tout sentiments positif, toute émotion qui te fait te lever le matin en te disant que « Putain pourquoi ce réveil il sonne… Mais que respirer, entendre, aimer, lire, voir, c’est signe de vie ! » .

Et je vais donc continuer.

le-petit-prince-753424Ce 26 décembre dernier, je me suis rendue sourire aux lèvres, coeur palpitant, accompagné comme toujours de mon homme, à la fameuse échographie que l’on attend avec impatience. Celle qui te colle un sourire niais, celle que tout l’entourage attend avec impatiente et carte bleu prête à être dégainé. Celle qui m’apprend que j’ai le choix du roi, celle qui m’apprend que je vais apprendre à un petit garçon à devenir un homme, celle qui m’apprend que ma Crapuline va avoir un petit frère, celle qui, à ma moitié, mon double, ma force, va avoir un fils.

Celle qui ensuite… Va m’apprendre une douleur et un vide que je ne connaissais pas. Celle qui va m’amputer, celle qui va m’arracher le cœur, celle qui te fait hurler de douleur, celle qui te donne la définition avoir mal aux tripes, celle qui va nous changer à jamais.

Celle qui change ton schéma familial.

Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais vous écrire que nous sommes parti valise vite faites mon homme, notre fille, mon joli ventre rond et moi.

Nous avons rencontré des spécialistes, appris un nouveau langage. Celui du médical. Nous avons malgré nous, perdu toute cette insouciance qui te remplit normalement de bonheur. Nous avons prit réellement conscience que nous avions des responsabilités, des décisions de vie ou de mort à prendre alors que je regardais quelques jours avant des jolis chambre d’enfant.

S’il y avait bien des lettres assemblés que je ne pensais pas écrire ici en ouvrant ce blog, c’était bel et bien ces trois : IMG. Interruption médical de grossesse, c’est bien la première fois que je t’écris.

Je vais passer les interrogations, le choix, l’attente, la décision et ce mardi de fin janvier.

Mais je vais vous dire que j’ai deux enfants… Un miracle à l’endroit et un miracle à l’envers. Que mon petit Prince, mon étoile filante, mon fils, m’a appris que j’avais un cœur grand comme ça. Que j’avais encore de la place pour aimer un autre enfant et que je pouvais aimer encore plus fort.

Que j’ai trouvé de la force dans mon chéri et que mon moteur, c’est ma fille. Je vais vous dire que même si parfois la douleur se fait plus discrète et que j’ai goût à des moments de vie même s’ils sont amers… Que j’ai l’impression que la terre s’est arrêté de tourner depuis ce mardi de fin janvier et que ce vide dont je suis l’auteure me rend dingue à croire que je vais en crever que cela ne s’apaisera jamais.

Et puis il y a ces sentiments emmêlés que je ne connaissais pas. Ces sentiments, cette impression d’avoir perdu toute humanité lorsque je vois quelqu’un pleurer et que cela ne me fait rien. RIEN. Ce sentiment de ne pas se réjouir du bonheur des autres, la culpabilité, avoir l’impression de se prendre un parpaing de douleur en pleine tronche lorsque je vois un ventre rond, la jalousie, ne plus arriver à communiquer sincèrement avec mon entourage, se sentir incomprise, parfois. Je ne le fais pas exprès. Vraiment.

Je sais bien aujourd’hui pourquoi je souffre.

Je souffre aujourd’hui pour que lui ne souffre pas demain. Du moins, je m’en convaincs.

J’ai tant besoin de parler de lui, tant besoin de penser pleinement et uniquement qu’à lui. Tant besoin d’embrasser ce qu’il me reste de lui, ses échographies, son unique bijou qui est ce joli petit bracelet bleu de naissance donné par cette adorable sage-femme en ce mardi de fin janvier. Oui de naissance, je n’ai pas donné la vie, mais j’ai accouché comme toute femme enceinte et donné naissance à mon fils.

J’en ai besoin. C’est le seul moyen que j’ai de le garder encore un peu près de moi et d’atténuer ma douleur. Il n’est pas là, il n’est plus là, mais il existe. Ne le minimisez pas, c’est mon enfant.

« Les gens que nous avons aimés ne seront plus jamais où ils étaient, mais ils sont partout où nous sommes. » 

Alexandre Dumas

Tu me manques tant… 

signature-1

37 réflexions sur “Ce rêve perdu

  1. Malau dit :

    Comment te dire… Je suis passée par cette même étape enfin presque… Si tu souhaite en parler en privé n’hésites pas…
    Les années feront le reste… ou pas…
    Je me permet de t’embrasser, de te prendre dans mes bras et de te faire un calin gros comme ça toussa ❤

  2. Marine dit :

    Merci pour ce bel article…
    Merci pour ce bout de vie…
    Je n’ai pas connu la même chose.. moi j’ai connu la perte de mon fils lors de la 37e semaine en février 2014. Je ne l’ai pas senti bouger 2h, je savais que souci, direction les urgences et là on essaye d’écouter le coeur sans résultat on me dit pas de souci on va à l’écho. Je ne parlais plus je savais, l’écho m’a semblé très longue puis le doc a dit « il est mort, ce n’est pas votre faute, c’est du pas de bol ».
    Du pas de bol? J’ai fait quoi?
    2 jours avant d’accoucher avec le protocole médicamenteux, le déclechement par perf et péridurale à fond pour ne rien ressentir physiquement. Mais moralement? L’horreur, donner naissance à son bébé qu’on aime déjà tant, entendre les cris des bébés naissants dans les autres salles…. de 9 à 23h30… Puis ce bébé m’a quitté une deuxième fois..
    Après autopsie, je sais qu’il était parfait, que sa mort est comme la mort subite mais in utéro.
    Je suis retombée enceinte 7 mois après, de l’angoisse non stop jusqu’au bout malgré que l’on écoutait son coeur 3 fois par semaine dès le 6e mois chez moi avec une Sage Femme… L’angoisse grandissant chaque jour à l’approche de cette 37eme semaine… La gynéco qui a comprit ma détresse et a accepté le déclenchement à cette période. Ma fille est née en mai 2015.
    Tout le monde oublie mon fils et ne comprend pas que je dise que c’est ma 2ème..
    Cette mort subite in utero est très fréquente, mais personne ne nous en parle… Jamais… Ce serait important, pas pour faire flipper les futures mamans, mais pour qu’elles ne se sentent pas seules au monde comme j’ai pu le ressentir..
    Donc je comprends ton grand vide, ton besoin de parler et penser à lui…
    Désolée du HS
    Je te souhaite beaucoup de courage

  3. les taratatas de sandra dit :

    coucou, j’ai vécu un drame similaire il y a 10 ans, c’était notre premier fils.
    J’ai cru que ma vie était finie, finalement nous avons repris le dessus difficilement mais nous l’avons fait pour lui.
    Et depuis mes 2 fistons nous ont rejoints.

    Je n’oublierai jamais, ça c’est sûr, il est d’ailleurs avec moi à chaque instant de ma vie! Il m’accompagne tel un ange gardien.

    Courage, et si tu veux parler, je suis là!
    bisous
    sandra

  4. Talia dit :

    Je suis très émue de ce que je viens de lire. Je vous souhaite plein de courage et de retrouver le goût de vivre même si c’est très difficile.

  5. Mantia dit :

    Dur de lire ce billet. Plein de courage à vous, les décisions sont parfois dures à prendre, mais ce petit garçon est avec vous, partout.
    Tendres pensées

  6. Stéphanie Pires dit :

    Je n’ai pas de mots , je suis tellement triste pour toi et ta famille ….Plein de courage pour ces moments plus que difficiles …Si tu étais devant moi , je te ferais un énorme câlin ❤

  7. Laura dit :

    C’est avec énormément de peine que je termine votre « confidence ». Vous avez vécu ce qu’aucune mère ne devrait avoir à vivre. Encore moins quand c’est à elle de prendre la décision. Mais cette décision était importante et vitale, pour vous, réellement. Il en allait de la santé de votre « petit prince ». Vous ne devez pas vous en vouloir, vous ne devez pas vous sentir coupable de quoi que ce soit. Vous avez vécu un drame, vous avez un deuil à faire. Il sera long. Puis petit à petit vous réussirez à sourire, à être heureuse quand vous verrez un ventre rond. Et vous vous surprendrez à vouloir un nouveau bébé.

    Il y a un an passé d’hier, j’ai perdu un bébé. Le stade de grossesse n’était pas aussi avancé que le votre, je suppose, mais le vide est le même. J’ai perdu un petit garçon, ma petite étoile. A la différence, c’est que personne n’avait vu le problème. Et que j’ai « accouché » seule, avec mon mari, dans mon salon, après 4h de contractions. La douleur physique, je ne vous en parle même pas. La douleur morale, vous la connaissez.

    Est-ce que cette douleur est là, encore, après un an ? Oui. J’ai passé ma journée d’hier à pleurer. Est-ce que les autres jours j’y pense ? Oui, tous les jours. Est-ce qu’on arrive à se sentir de nouveau vivante ? Oui.
    Le plus beau ? J’attends de nouveau un petit garçon. J’ai peur, je stresse, je ne me projette pas ou si peu. Mais quand je me pose, quand je me concentre sur moi-même, que je ne pense à rien…je ressens une certaine sérénité.

    Vous la ressentirez aussi. Chacun réagit à sa manière à la perte d’un enfant in-utéro ou non. J’ai également une petite fille, qui avait tout compris. Je me suis centrée sur elle. Plus que jamais. Elle a été ma bouée. Vous trouverez également ce qui vous fera tenir, si ce n’est déjà fait.

    Continuez à chérir son souvenir, ses échographies, son bracelet. Ecrivez-lui, parlez-lui si ça vous fait du bien. Je l’ai fait. Ça apaise. Il a son livre de vie dans mon ventre, je continue parfois à y écrire. Je sais que j’arrêterai quand mon bébé naîtra. Mais le livre sera là, tous mes souvenirs, tout ce à quoi je m’attendais de lui dans mes bras sera palpable. Et ça ne me rend plus triste. Au contraire, ça me renforce. Cette petite âme qui m’a quittée reste tout près, je le sais.

    Continuez à avancer, jour après jour. Continuez à parler de ce bébé, avec toutes ces femmes qui vous soutiennent sur le blog ou sur les réseaux sociaux. Vous sentir incomprise avec votre entourage, malheureusement vous n’y couperez pas. Mais avec les femmes qui ont vécu le même drame de perdre un enfant avant sa naissance, vous trouverez la force de relever la tête. Parce que c’est ce qu’il faut faire. Relevez la tête. Votre fils le voudrait.

    Je vous embrasse très tendrement et vous souhaite de trouver l’apaisement.
    Revenez-nous vite.

  8. Heidi dit :

    Tout d abord pleins de bisous. .. il y a 7 ans de toi je vivais la même chose. .. c était mon premier bébé, juste après avoir annoncé à tout le monde que nous attendons un petit garçon avec tout ce qu il faut là où il faut. .. et en fait non. .. une nouvelle qui m a fait l effet d »un piano qui me tombait sur la tête » c est l image que j ai eue …
    nous avons donc mis au monde un garçon présenté dans vie … pendant des semaines j ai erré dans ma maison avant de réaliser que je le cherchais partout, je voulais combler ce vide immense. .. d un coup je suis devenue maman (enfin mamange…)et responsable d un choix pour son bien être à lui, prendre une décision responsable pour laquelle nous étions tous les deux en accord. .. et puis un tas d autres décision qui nous font mûrir d un coup.
    Aujourd hui j ai 2 enfants et mon bébé étoile. Maman de 3 bébés. Plus jamais je n ai été la même. Il a fallut l accepter puis en fait j ai réalisé mais que ce fut pareil après la naissance de ma première car quelques soit les épreuves de la vie, elles nous changent. ..
    Tout ce que je peux te dire c est que la douleur s atténuera avec le temps, le soleil rebrillera… votre petit prince sera toujours là il fera partie de votre vie. Et un jour le rire se fera spontané, le sourire sera un vrai et non plus un masque. .. c est une promesse le temps fera son travail … mais d ici là, pense à cet adage, une chose à la fois, un pas à la fois ,un jour à la fois. ..

    Depuis j ai découvert que je n étais pas la seule à qui ça arrivait, chacun a son histoire à soi. Je parle de lui parfois car il fait partie de ma vie, de moi, ….
    Quand ça n allait pas, j ai demandé à mon mari de juste me serrer dans les bras. C est tout bête mais ça nous a beaucoup aidé. ..surtout lui qui se sentait désemparé face à ma douleur. … et aussi la sienne. ( même s il en a peu parlé )…

    Voilà … je voulais t envoyer toute mon affection, mes bras pour te serrer virtuellement , des tonnes de soutien.

    Et put*** de m****fais ch** * cette vie à être si injuste. Prenez bien soin de votre famille, faites vous des petits plaisirs. Vous le méritez. ❤❤❤❤❤❤❤❤

  9. diane S dit :

    Pas de mots et en même temps envie d’en crier tant. Courage à toi, à vous. Nous te faisons tous et toutes des baisers sur ton coeur. Nous ne réparerons rien mais nous faisons ensemble un pansement pour que sans oublier vous continuez à avancer . Que doucement le sourire revienne . Bisous

  10. La vie d'leur mère dit :

    Aaaaaaaaah bordel, j’ai hésité à cliquer pour lire ton article… Tu m’as fait pleurer. Je suis tellement désolée de lire ça… Je pense fort à toi, ton homme, ta fille… Tout mon courage envoyé dans ce message et un gros bisou pour te consoler.

  11. Gwen Creysson dit :

    De tout coeur avec vous et avec votre famille. On n’imagine pas à quel point cela doit être dur comme décision à prendre, mais comme vous le dites votre petit garçon ne souffrira pas plus tard. Plein de courage à vous. Sincèrement.

  12. Aline dit :

    Je n’ai pas de mots…
    Je ne sais quoi vous dire…
    Je suis de tout cœur pour vous…
    Plein de courage à vous !

  13. Bébé change la vie dit :

    Je suis de tout coeur avec toi, je t’envoie tout mon soutien. Je ne peux qu’imaginer ta douleur, votre douleur…
    J’ai une amie qui vit la même chose en ce moment et je suis impuissante, je ne peux que la soutenir mais je ne sais que trop bien, avec mon coeur de maman, que rien ne pourra la soulager.
    Plein de courage à vous…

  14. ma vie de maman Séverine Wuillemier dit :

    Oh….
    Je t envoi plein de tendre bisous
    Et de courage, il sera à jamais dans vos coeurs

  15. Maman Prout dit :

    Il n’y a aucun mot pour adoucir ta peine, alors je préfère encore une fois t’envoyer une pluie de keurkeurlove car tu le sais bien, je t’adore ma Lily ❤

  16. Amandine Vanhecke dit :

    Dur à lire. Ton article me replonge dans ma moins bonne année… Que dire ? Tu n’oublieras jamais ton petit prince mais le chagrin s’effacera peu à peu. En 6 mois / 1 an/ 5 ans peu importe. Tu iras à ton rythme et tu guérira, du moins en superficie. Raccroche toi à ton petit bonheur de crapule et ne te mets pas la pression. Chaque chose en son temps ma belle. Prends le temps qu’il te faut pour le pleurer, si tu as besoin de parler nous sommes là. Et ton petit prince veille sur vous de là haut avec ma petite princesse et des milliers d’autres anges. Je t’embrasse bien fort.

  17. Sylvie dit :

    Pour être aussi passé par la je pourrais vous dire que je comprend votre douleur mais chaque personne a des douleurs et nul ne peu les resentir a leur place
    Le temps attenu mais n’efface jamais
    Tout mon soutient a vous et votre famille

  18. Paige dit :

    Suis tellement désolée pour toi et ta famille tu nous a manqué bcp et je comprends ton silence ton fils te donnera la force de croire encore a tout et pour Crapuline … Pleins de bisousss courageux et forts … Hâte de te lire encore…

  19. Caroline dit :

    Bonjour, la vie parfois peu être bien cruelle. Votre texte m’a beaucoup parlé même fait pleurer. Je n ai pas eu comme vous de choix à faire car la nature a choisie pour nous. Une simple visite du 4 eme mois avec mon petit premier et le bonheur de voir ce petite être en construction avec une écho car l appareil pour écouter le rythme cardiaque ne marchait pas. Imaginer le bonheur de pouvoir le revoir à ce stade de grossesse. Et la patatraque le ciel vous tombe sur la tête, quand le gynécologue vous dit il y a plus de battements cardiaque, il est mort in utero. L’horreur on se demande ce qui arrive , ce qui vous arrive, ce que l on a fait de mal, pourquoi nous …. Alors je comprends votre mal être, votre envie de haïre toute les femmes enceinte ( et Dieu sait qu il y en a ) des fois j ai l impression qu il y a que de ca. Que la vie ne redeviendra jamais comme avant, que je n arriverais plus à avoir une journée ou je ne repenserais plus a ce qui c est passé fin juillet 2015. Mais heureusement comme vous le dite il y a nos enfants pour nous donner la force de continuer, de nous battre . Eux sont là pleins de vie et de joie, on se doit ( je ne pense pas que devoir soit le bon mot mais je ne trouve pas un autre) de continuer pour eux, d avoir ne un peu de joie car eux sont si innocent, insouciant . Moi je ne veux pas trop le perturber. Je sais vous aller me dire plus facile à dire qu a faire, je suis bien d accord mais quand je le vois si heureux, ça me donne tout le bonheur et le courage que j ai besoin les jours ou moi je ne sens pas bien.

    Si vous en resentez le besoin hésité pas à aller voir un psy ou un groupe de parole. Des fois ça fait du bien de pouvoir échanger avec des personnes qui on vécu la même chose. On se sent moins seule et on se sent comprise.

    Je vous souhaite à vous et votre famille plein de courage dans ces moments difficiles et de trouver un peu de sérénités au prête de votre fille et de votre mari.

    Et aussi vous revoir très vite sur la toile , j adore vos poste ils sont pleins d humour et me met du baume au coeur a chaque fois que je vous lis.

    Bisous

  20. Stephanie dit :

    Courage à toi ma belle!! Aucun mot ne peut être assez fort… aussi fort que ces tripes arrachées depuis ce mardi…. Ton petit Prince veillera toujours sur vous!
    Tendrement

  21. Maman et Toussa Toussa dit :

    Je n’ai pas les mots. Je vous lis toutes et bordel que ça fait du bien ! Merci merci merci MERCI pour vos confidences, pour ce que vous me dites, de me livrer vos histoires… Pour ce tsunami d’amour que je reçois en pleine tête et dans mon coeur ! ❤
    (je vais vous répondre individuellement avec du temps ) MERCI

  22. jenesuispasunesupermaman dit :

    J’aime tellement te lire mais le titre cette fois m’a fait froid dans le dos…
    J’aurais préféré ne pas lire cet article parce que j’imagine parfaitement la violence de ce que tu as traversé…
    Tu arriveras non pas à oublier mais à vivre avec.
    Entourée de ton amoureux et de Crapuline vous allez surmonter ça tous les trois et construire autre chose!
    Je te souhaite beaucoup de force et de courage ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s