Confidence & Inutilité #2

Pour  l’édition number two de cette chronique au titre ayant toujours la palme d’or, je t’invite à lire Confidence & Inutilié #1 afin de voir de quoi parle cette chronique. Je préfère te prévenir avant que tes yeux ne lisent la suite. Bon.

Tu as compris le concept très philosophique? Parfait !

Je commence.

Je suis souvent en train de râler concernant la chanson de ‘La Reine des Neiges’. Elle m’agace ! Elle m’a littéralement mangé le cerveau. Ce dvd passé en boucle m’a possédé durant des mois. Mais je ne peux m’empêcher encore de la chantonner (à Cor et à cri) lorsque je l’entends. C’est plus fort que moi.

Lorsque j’ai appris que la suite allait arriver sur nos écrans. Je me suis écrié

« Oh mon Dieu, encore, nooooonnn, je n’y survivrai paaaaassss! »

Mais la vérité inavouable, en y réfléchissant plus posément, c’est que j’ai hâte de connaître la suite. Mouaii, je n’y crois pas d’écrire cela. Je n’y crois pas de poser ces mots. Enfin. Cela soulage.

Puis désormais, très chers parents, nous ne chanterons plus Libérée Délivrée… mais Un grand jour avec du ‘Atchoum’ dedans !

A toi !

signature 1

 

 

 

Confidence & Inutilité #1

Voilà une chronique qui tient la palme du gros titre!

Confidence & Inutilité, un duo-choc pour un concept qui n’apportera rien hormis se soulager. Comme dirait ma blopine du blog La Carne, qui a lancé l’idée: « De l’essentiel donc! ». Et cela me va plutôt bien, puisque je n’ai pres-que honte de rien. Et qu’ici, chez moi donc, je peux vous avouer, me confesser les confidences, les plus inutiles de ma vie.

Je t’invite donc en bas de chaque billet de cette chronique à me donner une confidence inavouable. Parce que ici tu pourras le crier haut et fort, car on s’en bat la moule! Tu ne peux pas raconter à ton boucher par exemple ce matin, que tu regardes toujours tes cacas avant de tirer la chasse la classe à Dallas, et tu trouves le 3615 MY LIFE beaucoup trop surtaxé…. et bien ici tu peux ma coquine.

Alors je commence.

Parfois je change complètement les paroles des chansons pour enfants. Je chante faux, mais quand j’entends ces berceuses personnalisés, c’est plus fort que moi, je les retiens. Parce que cela me fait rire. Mon mari un peu moins. Je n’y suis pour rien.

Au clair de la lune, j’ai pété dans l’eau, ça faisait des bulles, c’était rigolo…

Il est né le divin enfant, trois poils au cul, la bite en chou-fleur…

la-honte

 ACTE 1

signature 1