Miya

C’est une petite fille aux cheveux châtains et longs, avec des yeux marron et pétillants. C’est aussi le prénom que l’on a cherché des heures, des jours, des mois durant.

Il n’est pas venu aussi rapidement que celui de ton petit frère, mais nous avons trouvé et c’est, il me semble le plus important. Car tu imagines devoir t’appeler « Hey sans prénom vient à table », ça ne le ferait pas vraiment.

Mais l’autre jour, t’entendre dire que tu aimais te prénommer Miya nous à donné un grand sourire. Un petit bonheur que tu nous as offert parmi des milliers d’autres depuis quatre ans.

4 ans !

Oui, aujourd’hui cela fait quatre années que tu nous combles de bonheur. Quatre années de cernes également, mais ça en vaut la chandelle, le chandelier et celui qui le porte.

Il m’est impossible d’oublier ou de ne plus ressentir ce vide éprouvé dans les premiers jours de ta vie. Je n’ai pas pu être le témoin privilégié de ces premiers instants… Mais je trouve que depuis quatre ans toi et moi, on rattrape comme on peut ce temps perdu.

Cet accouchement, le nôtre, celui de ton papa, toi et moi restera un moment compliqué^^, mais remplit de force, de douceur, d’amour, de tendresse et de fierté.

Tu m’as émerveillée !

Enceinte de toi, j’ai adoré apprendre que je t’accueillais au creux de moi, adoré les yeux de ton papa lorsque je lui ai annoncé que bientôt, nous serons trois. J’ai adoré t’imaginer, te rêver, t’attendre, te protéger, préparé ta venue, te ressentir et voir ses petites bosses qui me montraient ta présence et ta vitalité.

Pour les mois qui ont suivi, je ne garde que le bon. Celui de te regarder dormir, voir ton apaisement. Celui de renifler ton petit cou, même si j’adore m’y plonger encore et encore. J’entends encore tes petits gémissements lors de tes réveils ou lorsque tu essayais de t’endormir dans mes bras. Ces moments de complicités, juste à toi et moi. Les yeux dans les yeux au moment du bain… Je crois que si un jour alzheimer venait frapper à ma porte, se serai le sourire de ton père, le si doux visage de ton petit frère et ton regard durant ces bains que je lui demanderai de me laisser.

Quelle récompense que de te donner la vie !

Et combien de question posées et reposées en pensée en se demandant comment bien t’aimer, comment t’aider à devenir cette petite fille que tu es maintenant et à devenir une jeune femme puis une femme accomplie et épanouis. Comment te protéger sans t’étoufer, afin de te permettre de grandir protégée mais libre de tes propre pensées. Et je sais au combien maintenant j’ai pu être naïve de croire que le bonheur était acquis et éternel alors je risque mon petit cœur d’être encore un peu anxieuse et supermégaprotectrice et un brin hypocondriaque mais ça tu le sais déjà du haut de tes petits quatre ans.

Ma beauté, je fais des erreurs, c’est sur, mais j’apprends avec toi à devenir une maman. Une maman qui j’espère te donnera des souvenirs, des « Wahouuu tu te rappeles maman …? », une maman qui t’apportera toute l’affection et l’amour dont tu as besoin et que tu mérites. Parfois, je craque et certainement plus ces derniers mois, mais je crois que le cocoon de douceur que je pensais absolument devoir te donner était utopique, car la vie nous rattrape et parfois ma chérie, elle est chienne.

Mais toi, tu es ce chamallow moelleux, ce chocolat fondant, cette douceur dans nos vies, cette fameuse cerise sur le gâteau et je remercie cette petite fée de s’être penché sur nous en ce mois de septembre 2011 afin de nous permettre de croire au miracle et de connaitre cet amour, le vrai.

Le plus renversant et déroutant quand j’y pense… Est tout cet amour, ce bonheur, cette magie et ce réconfort que tu nous apportes. On savait que l’on t’aimerait jusqu’au soleil et ça dès le premier jour, mais jamais je n’aurais espéré être autant aimée par toi.

Tu es une chance et j’espère qu’un jour lorsque tu repenseras à ton enfance, tu l’as verra comme une époque fleurie. Comme ce merveilleux souvenir qu’est censé être l’enfance.

11950703_1648046912079976_1592122340_n(1).jpg

Je te souhaite un joyeux anniversaire ma princesse…

Je t’aime si fort,

Maman

Publicités

VOUS AVEZ UN MESSAGE

Il y à 1 an jour pour jour, je cliquais sur WordPress et sur créer un blog. Après genre une minute de réflexion j’écrivais pour la première fois les mots « Maman et Toussa Toussa ». Suite à ça, j’apprenais à créer une page public via facebook, Hellocoton et depuis peu sur Twitter.


1 jour plus tard je cliquais sur publié mon tout premier article. J’ai harcelé mes ami(e)s pour liker la page facebook que je venais de créer. Je pensais n’être lu QUE par les miens (après chantage à coup de schokobon, invitation à diner ect )


A cette époque je n’étais pas très bien. 1 an plus tôt je perdais une personne chère a mon cœur… ce qui a impliqué des changements brutaux sur le comportement d’une personne qui l’étais également mais qui n’est plus dans ma vie depuis quelques mois. OUF!


On venait également d’acheter notre maison ce qui impliquait « être dans les travaux » ainsi que ma nouvelle vie de maman pas évidente à chaque moment.
Comme se retrouver? Comment rester la femme que j’étais? Je me sentais submerger, angoissé, dépassé et puis VOUS êtes arrivés… tous ici un par un!

Vous m’apportez tellement!

Même toi au fond de la salle qui de temps en temps m’envoie un MP bien pourrave ou des p’tits commentaires qui me surprennent par leurs méchancetés. Tu m’aides aussi à avancer et à me dire que NON Lily tu ne vis pas au pays des bisounours.

Mais surtout VOUS, par vos commentaires, vos messages privés, VOUS qui êtes toujours là, chaque jour. Bordel de cul qu’est ce qu’on rigole par ici. Une sacrée expérience que vous me faites vivre là! Et puis il y à aussi des blogueuses, des illustratrices, des partenaires avec qui j’échange, de temps en temps, pas trop souvent et d’autres presque tout les jours, qui m’aide à avancer sur la blogo et dans la life tout simplement.

Vous êtes ma came, ma bouffée d’oxygène, c’est devenu un besoin et toujours un pur plaisir de venir ici chaque jour.

Vous me faites avancer, vous me faites sourire, rire parfois même les larmes peuvent monter. Oui il m’arrive de mouiller le clavier.
(Mais chut chut c’est un secret. )

Continuons à prendre les choses avec légèretés, c’est tellement plus facile à vivre!

Je voulais juste vous remercier, surtout ne changez rien, je vous kiff putain!

 

merci

 

signature 1

24.10.1994

Le lundi 24 Octobre 1994, il y à donc 20 ans précisément, maman nous servait ce matin là un jolie petit déjeuner. Différent des autres jours. Non pas par son contenue mais l’ambiance était différente, maman était très calme, sereine. La tendresse, les mains dans les cheveux, les bisous sur le front étaient plus présent, on ne palpait aucun stress du quotidien, de la routine pour aller à l’école. Mais toi tu ne t’en souviens pas car tu n’étais pas encore là.

Maman à tout fait pour nous le cacher, pour ne pas nous inquiéter mais je sentais bien que tu n’allais pas tarder à arriver. « M » on l’appellera comme ça est la deuxième et elle n’avait encore que six ans, un grand chamboulement dans son petit cœur de dernière, elle allait te céder la place. Moi j’avais déjà appris mais je ne m’en rappel que trop peu pour lui raconter. Mais toi je t’attendais, je le sais, je m’en souviens.

J’avais neuf ans et j’étais en classe de CM1. En arrivant à l’école, la maîtresse m’a demandé comme tout les matins depuis quelques temps  » Alors ta petite sœur est née? » et je répondais « Non pas encore ». J’étais très impatiente. La journée passa, et Mami est venue nous chercher.

Une jolie surprise et avec « M » on adorait ça!

Une fois la porte passé, Papi nous tendit le téléphone et Papa prit la parole pour nous annoncé que enfin tu étais arrivée. On entendait la joie dans sa voix et le reniflement de son nez car les larmes coulaient. Mami nous a préparé un super goûter et Papa est arrivé. Il est venu nous chercher pour nous emmener te rencontrer. Ouf, on ne nous avait pas oublié.

Nous avons enfin fait ta connaissance, avec timidité certainement mais je revois tes cheveux noirs, ton visage rond, ton petit nez et tes petites joues rose.  « M » a dit « qu’elle est belle! » en te voyant (la connaissant maintenant tu sais qu’elle devait vraiment le penser 😉 ) et moi ben j’ai chialer. Oui je n’ai pas vraiment changé depuis mes 9 ans. Toujours aussi sensible. Tu as su conquérir mon cœur.

Sache que nous t’avons aimé dès le premier jour et même avant. Tu nous complète, il manquait une pièce de puzzle et s’était toi petite sœur!

Si je pouvais parler aujourd’hui à la petite fille qui te regardait, à elle ta grande sœur, donc moi, je lui dirai:

« Ne t’inquiète pas elle est aujourd’hui fragile mais elle deviendra une belle jeune femme. Honnête, intelligente, drôle, généreuse, sensible, elle rencontrera quelqu’un de bien, ne t’en fait pas, un vrai petit bout de femme! »

Et je te dirai:

« Quand je te dis de te défendre non, on ne va pas taper directement la personne devant les parents, non ne découpe pas les cheveux de mes poupées, je vais le savoir que c’est toi! Non ne pleure pas pour lui, un jour tu rencontreras « B » et il te rendra très heureuse, promis tu peux sécher tes larmes. Non ne garde pas les choses pour toi, tu me fais peur quand tu exploses, non ne mange pas de bonbons créma tu m’éviteras la peur de ma vie, ne t’inquiète pas, arrête de te remettre en question, ma fille t’aime et tu fais et feras la meilleure marraine que j’aurai pu, osé rêver. »

Il y à 20 ans le lundi 24 octobre 1994 ma deuxième petites sœurs venait au monde. Et je voulais lui souhaitais un Joyeux Anniversaire également avec des mots, parce qu’ici parfois c’est plus facile. Je sais que tu vas me lire, que tu vas m’appeler et que tu vas chialer connasse, alors retiens toi car j’ai mis mon plus beau maquillage car j’arrive………………….

 

JOYEUX ANNIVERSAIRE PETITE SOEUR, JE T’AIME!

 

 

mais celle-là te parlera plus… 😉

 

ps 1: Du coup t’aura pas de carte.

ps2: T’inquiète t’aura quand même un cadeau mais pas avant l’annif chez les parents.

ps 3: J’espère que ton frigo est pleins, « M » et Maman débarque aussi.

ps 4: Mouack!

Happy Birthday Sista, 20 ans profite à fond!

 

signature 1

01.06.2014

Nous y voilà. Déjà. La presque deux ans, fête aujourd’hui son deuxième anniversaire.  Deux ans quoi! On nous en dit des choses, on nous donne beaucoup de conseils pour nos enfants et on nous répète inlassablement :

« Tu verras comme cela passe viiiite! »

Sur le moment c’est comme pour le reste, on écoute, on entend et puis on passe, on s’en fou, on se dit « pfff, on voit qu’elle ne fait pas les nuits celle-là! ».

Et puis finalement, on s’aperçoit, on réalise.

Un jour tu comprendras, un jour toi aussi tu verras que cela passe vite, beaucoup trop vite.

Deux-ans

L’heure est à la joie, c’est la journée idéale pour te donner, cadeaux, amour et magie mais ça me chamboule, ça me rend chamallow devant nos photos…

Deux ans aujourd’hui que je t’ai rencontré pour la toute première fois, deux ans aujourd’hui que je t’ai entendu pour la toute première fois, deux ans aujourd’hui  que je t’ai serré pour la première fois contre moi.

BON SANG déjà!

On en a passé en deux ans.

Beaucoup de nuits l’une contre l’autre à te humer, te sentir, à m’enivrer de ton odeur. Beaucoup de dents aussi, de maux aux ventres de ne pouvoir prendre ta douleur. De papouilles, de bisous du nez mais aussi à essayer, à apprendre à se connaître l’une, l’autre. De larmes aussi à penser à nos premiers jours, à nos moments manqués, à nos souvenirs volés.

On en a passé en deux ans.

Une nouvelle maison, des travaux, beaucoup de rire en famille, l’arrivée de ta cousine, beaucoup de souvenirs en famille mais aussi ton papi partit bien trop tôt. Tu ne t’en rappellera pas sûrement, mais il t’aimait tellement.

On en a passé en deux ans.

Combien de sourire? Combien d’éclats de rire? Combien de soupe renversé? Combien de générique Mickey? Combien de câlin enlacé? Combien de tendre baiser? Combien de bisous volé? Combien d’incertitude? Combien ……… beaucoup mais sûrement pas assez.

Pardon  pour les fois où je me suis mal exprimé, pardon si je suis maladroite, pardon pour toute les fois que je ne t’ai pas comprise. J’apprends.

Tu m’as tant donné. Beaucoup de tendresse, chaque jour encore plus d’amour. Je m’émerveille de toi. Nul au monde autre que toi ne possède ce pouvoir magique… celui de me relever, celui de me donner confiance, celui de m’aimer comme tu le fais. Tu es mon essentiel, tu me fais riche du cœur, MERCI, vraiment.

Depuis ta naissance tu combles mon cœur de BONHEUR.

Joyeux anniversaire ma fille, [et pssii, pas trop vite cette année hein…]

« Comment qu’on s’aimmmeeeeuuu loinnn nous???

côo çaaaaaa! »

Je t’aime.

Maman

Un noeud au ventre

J’ai la boule au ventre depuis quelques jours. Pourtant je prépare, je déniche des p’tits rien qui feront tous. J’ai hâte de cette journée. Voir arriver les personnes les plus chères à mon cœur, à son cœur. Voir ses yeux brillaient. L’entendre courir vers la porte d’entrée lorsque la sonnette va retentir et encore retentir. L’entendre rire. Partager et encore partager ses moments magiques avec elle, avec lui, avec eux.

Et pourtant.

Je m’attriste en y pensant, j’ai ce nœud au ventre… finit les papillons des premiers temps, des premiers mois. Bientôt deux années que mon trésor partage ma vie, NOTRE VIE. Je sais c’est gnangnan à souhait mais je ne peux m’en empêcher. Deux ans, bon dieu que ça passe vite, trop vite. J’ai le bonheur d’avoir une magnifique petite fille et en bonne santé, que demander de plus?! Je pense être comblée, je suis comblée.

Et pourtant.

Je regarde nos photos, j’ai même les larmes qui coulent encore en les regardant pour la énième fois. C’est plus fort que moi. Je suis nostalgique des premiers moments de vies passés à ses côtés. Nostalgique de plonger mon nez dans son petit coup potelé. [et pourtant je le fais encore alors tu vois… gros problème la dame] Nostalgique de la sentir s’endormir recourbé et blottis dans mes bras durant des heures sur notre rockingchair. Je ressens encore sa petite respiration saccadé. Nostalgique de la porter avec seulement mes deux mains, elle et moi se fixant avec confiance l’une regardant  l’autre afin de prendre le bain quotidien. Finalement pas si quotidien toussa. Nostalgique d’entendre ce petit bruit durant la tétée. Nostalgique de ce petit bébé qui se transforme, grandit, devient finalement un grand bébé… une toute petite fille. Elle me dit « Maman », me fait rire, me donne confiance, m’apprend et m’aime pour ce que je suis tout simplement.

Alors oui ma Crapuline va avoir une fête d’anniversaire pour ses 2 ans, qui j’espère, je suis sur, va la faire crier de joie entouré de « nous » ses parents mais aussi de sa famille. Oui je prépare, je déniche afin de lui donner, un peu… de bonheur comparer à ce qu’elle peut m’offrir chaque jour. Oui je suis nostalgique de mon tout petit bébé mais tellement fière de mon grand bébé, de mon trésor,  de mon petit bout de cul, de ma fille tout simplement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-On s’aime comment nous?!!

-« Côoooooooo çaaaaa »!

Ma fiertée, mon tout , mon moi, je t’aime!

Maman.